Les Yeux de Slimane-Baptiste Berhoun

Salut à toi, lecteur ! Aimes-tu te faire peur ? Désires-tu faire un petit voyage jusque dans la folie en compagnie de personnages étranges ? Alors laisse-moi te parler de…

Les Yeux, de Slimane-Baptiste Berhoun

Les yeux (31).indd

Introduction :

 

Slimane-Baptiste Berhoun est né en 1985. Il est connu en tant qu’acteur dans la websérie le Visiteur du Futur. Il a également créé plusieurs autres webséries, comme La Théorie des Balls ou Le Secret des Balls. Je n’ai regardé aucune de ces séries, mais ces informations sont là pour que vous puissiez situer l’auteur. En tant qu’écrivain, Slimane-Baptiste Berhoun a écrit la suite du Visiteur du Futur avec le roman La Meute, publié en 2014. Les Yeux, publié en Novembre 2017 (mais paru sous forme de feuilleton numérique dès Juillet) chez Bragelonne, est son deuxième roman.

Je tiens à préciser ici que j’ai obtenu le roman via le service Netgalley, un site très utile si vous êtes blogueur !

Sans plus attendre, voici la quatrième de couverture des Yeux :

« Tout en haut du plateau, le vent pouvait rendre fou. On avait choisi d’y construire un asile. L’Orme : une grande bâtisse lugubre battue par les vents et la neige. Même les bombardements de 44 n’avaient pas pu en venir à bout. À croire qu’il échappait à toute influence humaine. Des morts étranges et violentes, il y en avait toujours eu et il y en aurait encore, là-haut. Et si on avait écouté les fous enfermés derrière les murs délabrés, on y aurait peut-être vu l’œuvre d’un monstre. Mais les fous, ça ne s’écoute pas, ça se traite. Pourtant, l’arrivée de Lucie Klein, jeune étudiante disciple du professeur Lacan, pourrait bien délier les langues. Dans les couloirs sombres de l’hôpital, on murmure déjà que si la Parisienne plonge dans l’enfer de L’Orme, c’est parce que s’y trouve un cas unique au monde. Un cas qui, mystérieusement, serait la dernière chance d’élucider le plus horrible des meurtres jamais commis à Paris. »

Les Yeux est donc un thriller fantastique qui se déroule dans un asile de campagne. Mon analyse portera non pas sur l’intrigue (parce que le roman fait partie de ces œuvres dont il ne vaut mieux pas spoiler l’intrigue sous peine de tout révéler), mais plutôt sur ses ressorts de narration et sur ses personnages.

L’Analyse :

 

Les Yeux est un roman qui met en scène la folie de ses personnages. Car soyez prévenus, des fous, vous allez en côtoyer dans ce roman, puisqu’il se déroule dans un asile, et qu’en plus, nombre des personnages de l’intrigue sont des « aliénés ».

Et c’est ce qui m’amène à parler d’un des points centraux et très forts du roman, sa mise en scène de la folie. L’auteur nous présente un certain nombre de personnages atteints de maladies mentales, et il nous en décrit les symptômes à travers les dialogues du personnel de l’Orme, en observant les agissements des patients, ou bien en adoptant carrément leur point de vue le temps de quelques passages pour montrer la maladie dont ils sont atteints. Les symptômes décrits sont vraiment rendus tangibles à travers la plume de Slimane-Baptiste Berhoun, notamment la prosopagnosie, le fait qu’un certain patient se croie mort, ou encore que l’un d’entre eux se prenne pour sa femme décédée, par exemple.

Cette mise en scène de la folie permet deux choses à l’auteur. D’une part, elle lui permet de créer des personnages originaux, de par leur comportement qui est dû à leur pathologie, mais aussi grâce au fait qu’ils sont (ou du moins, certains d’entre eux) attachants, comme « La Mo », « Cazal », « Léo » ou encore Lazare. Ces personnages aliénés sont rendus attachants grâce à leur rôle d’adjuvants (ce sont des personnages qui aident le ou les personnages principaux) pour Lucie et Gaultier, les deux personnages principaux qui enquêtent sur les « Yeux ». Ils sont également beaucoup développés pendant le récit, ce qui permet au lecteur de voir que malgré leur pathologie, ce sont des personnages très humains, qui peuvent se retrouver en danger et craindre pour leur vie, mais je ne vous en dirai pas plus pour ne pas vous spoiler.

D’autre part, le thème de la folie des personnages permet à l’auteur de semer la confusion dans l’esprit de son lecteur. Les « Yeux » étant d’abord une vision des patients de l’Orme, le lecteur ne sait pas s’il s’agit d’une vision fantasmée, d’un véritable criminel, ou d’un véritable monstre. Les différentes visions que les patients ont du « monstre » permettent d’enrichir cette confusion, de même que l’enquête de Lucie et Gaultier. En effet, « la parisienne » et « le pharmacien » cherchent des indices sur l’identité réelle du « monstre », et commencent par chercher un coupable réel, humain. Et plus l’intrigue avance, plus les soupçons vont peser sur certains personnages qui sont décrits par ailleurs comme étant des suspects, grâce au point de vue interne adopté par le récit (on suit l’enquête de Lucie et de Gaultier à travers leur deux regards), pour ne laisser aucun doute au lecteur et faire jouer les apparences, qui peuvent parfois être très trompeuses. Ainsi, le lecteur (et les personnages) sont souvent pris au dépourvu devant certaines situations qui semblent indiquer que tel personnage est coupable, pour finalement que ce ne soit pas le cas, malgré les très gros soupçons, l’attitude du personnage visé par ceux-ci, ou encore les preuves matérielles qui s’accumulent. Lorsqu’un personnage est suspect dans le roman, l’enquête des deux personnages principaux va souvent contribuer à complexifier ses motivations ou à soulever de nouvelles questions quant à l’identité du « monstre ». Autrement dit, soyez sûrs que les personnages des Yeux ont plusieurs tours à vous jouer, parce que le récit est bourré de rebondissements inattendus et en tous genres. Ces rebondissements sont souvent dus aux fausses pistes que suivent Lucie et Gaultier et donnent une véritable tension au récit, ainsi que de la profondeur aux personnages.

Car oui, le récit possède une véritable tension qui tiendra le lecteur en haleine de par les mystères qu’elle recèle et la profondeur de ses personnages, qui doivent redoubler d’attention et d’inventivité pour trouver le « monstre ». J’en profite également pour souligner que certains passages sont très violents, que ce soit physiquement ou psychologiquement. Donc si vous êtes un peu sensibles et que vous n’aimez pas les pics à glace, abstenez-vous de lire les Yeux (ou alors essayez, mais faites très attention). J’ajouterai enfin que la fin du récit est totalement imprévisible et qu’elle vous surprendra sans doute !

Le mot de la fin :

 

Les Yeux est un récit haletant qui va probablement vous donner quelques frissons. Slimane-Baptiste Berhoun met parfaitement en scène la folie de ses personnages, tout en créant une intrigue pleine de tension et de mystère !

5 commentaires sur “Les Yeux de Slimane-Baptiste Berhoun

  1. J’avais beaucoup aimé La Meute, mais j’adore Le Visiteur du Futur et mon avis était certainement biaisé. Je compte depuis quelques temps offrir Les Yeux à ma sœur, et maintenant je me demande si je ne vais pas l’acheter pour moi aussi… Merci pour ton analyse 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Cela m’a l’air très intéressant !
    Le thème traité vient quelque peu renouveler l’approche d’une histoire qui aurait pu être classique. J’ai envie de le lire, tiens.

    As-tu lu l’homme qui prenait sa femme pour un chapeau, d’Oliver Sacks? Ce n’est pas une fiction, cela traite de vrais cas, avec de vrais gens. Il ne s’agit pas de folie -le livre ne traite pas des pathologies mentales- mais cela reste une lecture passionnante si tu es intéressé par le fonctionnement du cerveau humain !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s