Contro Natura, de Mirka Andolfo

Salutations, lecteur. Aujourd’hui, je vais te parler d’un comics qui m’a tapé dans l’œil, et qui est porteur de thématiques intéressantes.

Contro Natura, de Mirka Andolfo

contro-natura-omnibus

Introduction

 

Mirka Andolfo est une artiste italienne née en 1989. Elle a travaillé pour DC Comics dans les séries Harley Quinn, Wonder Woman, Teen Titans et DC Bombshells, mais également pour Marvel et d’autres éditeurs. Elle est également l’autrice de Anges et démons, et de Contro Natura, dont je vais vous parler aujourd’hui.

Contro Natura (ou Unnatural en Anglais) est paru en Italie en 2016 chez Panini. Il a ensuite été traduit en anglais par Image Comics en été 2018, puis en français par Glénat Comics, qui a publié un (bel) omnibus rassemblant l’intégralité du comics en novembre 2018.

Voici la quatrième de couverture du comics :

« Une loi est faite pour être transgressée…

Dans un monde peuplé d’animaux anthropomorphes, la loi n’admet que l’union d’individus de même race. Les transgresseurs sont sanctionnés et emprisonnés, accusés d’être « Contre nature ». Leslie, elle, est un cochon simple qui aime les sushis et la musique, forcée de faire un travail qu’elle déteste pour survivre. Cette jeune femme de vingt-cinq ans vit avec Trish, sa meilleure amie, rêvant, comme tous les gens de leur âge, d’une vie différente. Mais les rêves peuvent être dangereux, surtout lorsque c’est un loup inquiétant qui les peuple et que, au réveil, Leslie commence à se sentir observée… »

Mon analyse de Contro Natura évoquera dans un premier temps le dessin de l’autrice, puis je vous parlerai des thématiques, de la narration et des personnages de la BD. Notez que les planches du comics que je joindrai à ma chronique seront pour une fois des photos que j’aurai prises de mon propre exemplaire du comics. Je m’excuse d’ailleurs par avance pour la qualité de ces photos, qui ne rendent pas du tout justice au graphisme de l’autrice. J’ai essayé de commenter le trait plus en détails, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez dans les commentaires !

 

 

L’Analyse

 

Le trait

 

Pour moi, le dessin de Mirka Andolfo dans Contro Natura est très réussi. L’autrice crée des personnages d’animaux anthropomorphes très réussis, on parvient sans peine à déterminer l’espèce des personnages, et leur apparence humanoïde est plus sérieuse et plus équilibrée que dans le film Zootopia, par exemple (sans jugement de valeur aucun de ma part, je me doute que ce comics et ce film n’ont pas forcément les mêmes buts et les mêmes propos, encore que…). Les personnages ont un design intéressant, et même dans le cas des personnages secondaires ou anecdotiques, on sent qu’ils s’approchent beaucoup de l’humanité contemporaine, ce qui fait que le rapprochement avec notre monde est assez évident et permet de mieux souligner le propos de l’autrice. Certains personnages détonnent quelque peu, avec Leslie, qui est un peu gothique et porteuse de mystérieux pouvoirs, Khal, mais aussi Carol, de par leur apparence sérieuse qui va contre l’aspect joyeux (ou prétendument joyeux) que l’on peut observer au début du comics. Cela s’applique également aux antagonistes.

Les palettes de couleurs sont également bien gérées. L’autrice utilise des tons gris pour les flashbacks en ne laissant que la couleur bleue des cheveux de Leslie, ce qui créé des contrastes saisissants et montre que le passé du personnage est loin d’être rose (sans mauvais jeu de mots). Les effusions de sang sont explicites et très significatives lors des scènes d’actions, mais elles ne versent jamais dans le gore grâce à des effet pastels qui montrent le sang sans en faire trop.

Certaines scènes sont assez explicites sexuellement, mais elles s’ancrent dans l’esprit du comics, puisqu’il est question d’amour, de reproduction, de nature, de relations… Ces scènes sont explicites, mais rassurez-vous, ce n’est pas du hentai pour autant, et elles possèdent un fort pouvoir évocateur ! Le registre de l’érotisme est donc assez présent dans le comics, et est souvent souligné par une ambiance assez éthérée et le trait de l’autrice qui souligne les formes des personnages.

 

 

Narration et thématiques

 

Le personnage principal de Contro Natura est Leslie, une jeunne femme-cochon de 25 ans, qui est célibataire, dans un monde où les personnes qui ne font pas partie d’un couple hétérosexuel avec des personnes de la même espèce qu’eux doivent payer des taxes en plus dans le cas des « simples » célibataires, tandis que les relations homosexuelles ou inter-espèces sont interdites et illégales, car elles sont considérées comme étant « contre-nature ». Mirka Andolfo crée une symbolique très forte en mettant en scène des animaux civilisés, qui vivent dans un véritable état et constituent une société, donc logiquement en opposition à la Nature (au sens des lois naturelles), qu’ils érigent pourtant comme une sorte de dogme qu’il faut absolument respecter. La société dépeinte par l’autrice est une sorte de vision de notre monde, dans lequel les mariages multiculturels ou les relations homosexuelles sont encore parfois mal vues par certains conservateurs.

Dans le comics de Mirka Andolfo, ces mentalités conservatrices sont perçues comme des valeurs absolues, parce qu’elles répondent à une obsession pour la natalité et la reproduction permettant une transmission des meilleurs gènes possibles. On peut donc voir que l’état pensé l’autrice cherche à singer la sélection naturelle, tout en lui donnant des airs d’orientation éthique et morale. Ainsi, l’état de Contro Natura taxe plus lourdement les personnes célibataires, fait de la propagande télévisuelle contre l’homosexualité et les relations inter-espèces, mais plus grave encore, il met en place des programmes de « reconversion », c’est-à-dire des structures visant à supposément rendre les personnes conformes aux « normes » de la société. L’autrice fait donc un parallèle évident avec une certaine perception de l’homosexualité (qui était perçue jusqu’à récemment comme une maladie mentale dans beaucoup de pays) dans le monde réel, et ce que subissaient les personnes homosexuelles lorsqu’elles étaient internées de force, avec les traitements par électrochocs par exemple. L’obsession de cette société pour la natalité se retrouve dans le « programme de reproduction » et l’application « RealLove », grâce à laquelle des algorithmes déterminent déterminent quelle est la meilleure compatibilité entre différents partenaires pour assurer une bonne reproduction. La société de ce comics cherche donc à faire preuve de sélection naturelle en éliminant tout ce qui peut empêcher la reproduction, la perpétuation des espèces et la transmission des gènes, mais dans une société civilisée, cela pose des problèmes éthiques et moraux énormes, et met une pression sur la population, qui est de plus en plus surveillée. Mirka Andolfo donne donc un aspect dystopique à son œuvre, et les références plus ou moins explicites à 1984 et à La Ferme des animaux de George Orwell.

Leslie est donc une jeune femme ordinaire dans cette société, mais elle va se retrouver embarquée dans une course-poursuite entre deux organisations rivales qui veulent la capturer, alors qu’elle voit un loup en rêve, et que des pouvoirs et des souvenirs ne lui appartenant pas semblent s’éveiller en elle. Le personnage de Leslie n’a donc au départ rien d’héroïque et qui va être malmenée pendant le récit et souvent rester impuissante, mais elle va gagner en force et prendre sur elle alors qu’elle perd (littéralement) tous ses repères et ses attaches au monde, pour découvrir le surnaturel dans son monde et tenter de le changer.

Attention, lecteur. Les dernières parties de cette chroniques comportent quelques spoils. Si tu tiens à préserver ton expérience de lecture de Contro Natura, tu peux directement passer à la conclusion.

Leslie se révèle être la réincarnation de Bes, la femme d’une créature appelée « l’Albinos », un loup ancestral aux pouvoirs divins qui veut assurer sa domination sur le monde et qui est capable de tuer du regard. Bes a trahi l’Albinos et l’a enfermé dans son propre corps pour qu’il ne puisse pas mettre son plan à exécution. Cependant, l’Albinos survit dans le corps et dans l’esprit de Leslie, qui doit donc lutter contre son influence, mais aussi contre l’organisation du « Regard », qui convoite les pouvoirs de l’Albinos pour dominer le monde et contrôler la population. Leslie est donc à la fois le personnage principal et l’enjeu du récit, parce que de sa survie et de son rapport avec l’Albinos dépendent le sort du monde. Par conséquent, elle doit se battre à la fois contre elle-même et contre ses ennemis, alors qu’elle a énormément de faiblesses et endure beaucoup d’épreuves tragiques, et qui pourtant, trouve la force d’aller de l’avant.

Enfin, l’autrice parle des dérives idéologiques totalitaires avec l’organisation du « Regard », qui au départ avait des idéaux nobles, qui ont par la suite dégénéré, ce qu’on peut observer dans les paroles du Regard et d’autre personnages qui parlent de « pureté de la race », de « règne de la race supérieure » (qui sont des références au régime nazi), ou encore que « tous les animaux sont égaux, mais certains sont plus égaux que d’autres » (qui est une référence directe à Orwell). Ces personnages s’opposent tous à Carol, qui se rend compte que son organisation a dévié de son but premier, surtout lorsqu’elle se rend compte de ce qu’elle a indirectement provoqué. Contro Natura traite donc aussi des dérives idéologiques et du totalitarisme, mais également de la façon dont ces idées peuvent totalement reformater des individus.

 

Le mot de la fin

 

Contro Natura est un comics très fourni. Mirka Andolfo donne un aspect réflexif à son œuvre à travers l’histoire haletante de Leslie et de ses compagnons de route, à travers un système totalitaire orienté vers la reproduction et la natalité. Le graphisme est également très soigné, et donne une grande puissance à certains scènes et à son propos.

2 commentaires sur “Contro Natura, de Mirka Andolfo

  1. Whaou ! J’adore le contexte de ce comic et les références que tu as fait ressortir me donnent encore plus envie de le découvrir ! (la référence à Zootopia m’intrigue vraiment !🤨) Merci pour cette découverte ! 😊

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s