Twelve Demon Kings (T2) de Yamamoto Shin

Salutations, lecteur. Je t’ai dernièrement parlé du premier volume du manga Twelve Demon Kings de Yamamoto Shin. Aujourd’hui, je vais te présenter sa suite.

Twelve Demon Kings (T2), de Yamamoto Shin

 

Introduction

 

Cette introduction sera sensiblement la même que pour le tome précédent de la série. Ensuite, prenez garde, si vous lisez cette chronique sans avoir lu le premier volume du manga, vous risquez de vous faire spoiler.

Yamamoto Shin est un mangaka japonais qui a travaillé sur la série Monster Hunter Flash, une adaptation du jeu-vidéo Monster Hunter ,en tant que dessinateur, avant de se consacrer à sa propre série, Twelve Demon Kings, qu’il dessine et scénarise, en 2015. Actuellement, la série est prépubliée en VO dans le magazine Famitsu Comic Clear et est éditée par Enterbrain. Six volumes ont été publiés pour le moment au Japon. En France, la série est traduite et publiée chez Pika Éditions, et les deux premiers tomes sont actuellement disponibles (le troisième paraîtra en Janvier 2019).

Voici la quatrième de couverture de ce deuxième volume.

« Le neuvième roi-démon, Sapiuenne, s’approche dangereusement de la capitale du royaume d’Azul. À ses trousses, Adu, accompagné de Yomi et Yung qu’il a rencontrés sur son chemin. Diminué depuis qu’il a battu le dixième roi-démon Mortem, il doit réussir à faire équipe avec les héros officiers rassemblés à la capitale. Sur place, les humains ont aussi préparé leur carte maîtresse contre le terrifiant roi-démon. Celle-ci porte le nom de Yomi… »

Mon analyse évoquera le dessin dans un premier temps, puis je vous parlerai des thématiques abordées et du développement des personnages.

 

L’Analyse

 

Des créatures démoniaques toujours aussi démesurées

 

Le trait de Yamamoto Shin nous donne à voir des démons toujours plus monstrueux et se précise un peu plus. Ainsi, certains démons peuvent être humanoïdes, tels Wyolim, qui possède un corps s’apparentant à celui d’une femme, mais avec une sorte de champignon à la place de la tête et d’autres non, à l’image de Sapiuenne, qui possède plusieurs paires de bras, des cornes, un corps qui semble ne pas avoir de jambes. Qu’ils aient forme humaine ou non, les démons, et surtout leurs rois, ont toujours un aspect écrasant et monstrueux qui est souligné par leur taille, mais également par les dégâts qu’ils peuvent causer aux Hommes et à leurs constructions. Cela montre encore une fois le déséquilibre du combat entre l’Humanité et les démons.

 

Thématiques et personnages

 

La narration de ce deuxième volume de Twelve Demon Kings se focalise sur le combat mené à la capitale royale des royaumes humains contre le neuvième des rois-démons, Sapiuenne, qui avance peu à peu vers la ville dans le but de la détruire. Adu et ses compagnons de route, le héros officier Yung et la jeune guerrière Yomi, prennent part au combat contre le roi-démon et son armée, et viennent épauler le général Norton et ses soldats, qui possèdent une arme secrète pour détruire Sapiuenne. Vous verrez que cette arme va se révéler plus ou moins efficace. On retrouve le sentiment d’horreur et d’impuissance de l’Humanité face aux démons qui caractérisaient le premier volume, mais l’auteur ajoute de la nuance à son propos tout en le renforçant.

En effet, la thématique du sacrifice est omniprésente dans le manga. Pour pouvoir tuer Sapiuenne et l’empêcher de massacrer la totalité de la capitale loyale, le général Norton va devoir sacrifier sa fille, Yomi (ce n’est pas un spoil, c’est plus ou moins dit en quatrième de couverture). Sauf que tout ne se déroulera pas comme prévu, et Adu va devoir également se sacrifier aussi pour les humains, non pas par sens moral, mais d’abord par pur sens pratique, puisqu’il ne peut pas se permettre de perdre des alliés. La question même de sacrifice est profondément interrogée dans le fait que Yomi  (pas la guerrière qui accompagne Adu, mais la fille du général) doive mourir pour arrêter les massacres perpétrés par les démons et sauver les vies des humains qui restent dans la capitale. Le sacrifice de Yomi devient complètement nécessaire, mais l’auteur montre que cette nécessité implique des conséquences morales pour les personnages, notamment Norton, qui tue une enfant qu’il a endoctrinée (vous verrez de quoi je veux parler) et préparée à cet événement, mais dont il est tout de même le père. L’auteur montre ainsi qu’un sacrifice a toujours des conséquences, qu’elles soient positives ou négatives, tout en développant son univers, puisqu’on découvre qu’il existe des hommes capables de résister aux sortilèges des démons.

Le lecteur en apprendra également plus sur les motivations qui poussent Adu à vouloir devenir un être humain. Le personnage se dévoile un peu plus, il est toujours aussi ambigu moralement, puisqu’il est ennemi des démons, mais certains de ses agissements montrent qu’il n’est pas forcément un allié des humains, il agit par calcul, mais on peut quand même observer qu’il acquiert peu à peu une certaine humanité avec un sens du pathos. On observera aussi qu’Adu perd véritablement une partie de ses pouvoirs à chaque fois qu’il élimine l’un des rois-démons, puisqu’il perd certaines de ses facultés que je ne vous dévoilerai pas. Sachez toutefois que le roman se termine sur un cliffhanger assez atroce, qui laisse les personnages dans une situation assez désespérée !

 

Le mot de la fin

 

Ce deuxième volume de Twelve Demon Kings nous donne à voir une véritable illustration de la situation désespérée de l’Humanité dans le monde inventé par Yamamoto Shin, avec l’avancée inéluctable du roi Sapiuenne sur la capitale royale et les efforts de ses habitants pour le contrer.

2 commentaires sur “Twelve Demon Kings (T2) de Yamamoto Shin

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s