Opération Sabines, de Nicolas Texier

Salutations, lecteur. Aujourd’hui, je vais te parler du roman qui fut la pépite de l’Imaginaire des Moutons Électriques en 2018, j’ai nommé

Opération Sabines, de Nicolas Texier

(ci-dessus, les couvertures des versions successives du roman, par Melchior Ascaride)

Introduction

 

Nicolas Texier est un auteur français né en 1969. Avant d’écrire des romans s’inscrivant dans les genres de l’imaginaire, il a écrit des romans de littérature dite générale (sans jugement de valeur de ma part) parus chez Gallimard, avec notamment L’Acteur (2006), Pôle Sud (2008). Il participe également à des travaux d’histoire militaire.

Ses deux premiers romans de Fantasy, Opération Sabines, et Opération Jabberwock, ont respectivement été mis en lumière lors des Pépites de l’Imaginaire des Indés de l’Imaginaire, par les Moutons Électriques, en 2018 et 2019. Ils font partie d’une série, Monts et Merveilles, dont le troisième volume devrait paraître l’an prochain.

Je tiens à préciser que j’ai reçu les deux romans dans le cadre du dernier financement participatif de l’éditeur, et que la version que j’ai d’Opération Sabines a été revue par l’auteur et augmentée d’une nouvelle, « Lotus pourpre », précédemment parue dans le deuxième numéro de la revue Carbone¸et d’annexes qui donnent des détails sur l’univers de la série. À noter aussi que les couvertures des deux œuvres sont signées par Melchior Ascaride, qui est vraiment talentueux !

Voici la quatrième de couverture du roman :

« Londres, 1937. Le jeune enchanteur Carroll Mac Maël Muad et son domestique Julius Khool, vieux soldat maure ayant servi dans les légions de la République romaine de Weimar, sont recrutés par le Special Operation Service afin d’exfiltrer un savant vénitien, dont les travaux dans le domaine de l’atome risquent de bouleverser l’équilibre des forces en Europe.

Ils ignorent cependant que ces découvertes ne sont pas convoitées que par les services de renseignements ennemis, mais également par une société secrète mêlant poètes, sorciers et créatures de l’outre-monde luttant pour leur survie. Loin de se passer comme prévu, l’opération « Sabines » amènera dès lors Carroll et Julius jusqu’au cœur des limbes, au long d’une route rythmée par les rencontres et les périls merveilleux. »

Mon analyse se concentra d’abord sur la question générique du roman, puis sur l’intrigue, le style et les personnages, avant de terminer sur les thématiques.

 

L’Analyse

 

Uchronie, fantasy, mondes parallèles

 

Opération Sabines se déroule dans un monde alternatif, dans un contexte d’entre deux guerres qui ressemble fortement au nôtre, à quelques exceptions près. En effet, le monde dépeint par Nicolas Texier relève d’abord d’une uchronie, c’est-à-dire d’une réécriture de l’Histoire à partir d’un ou plusieurs points de divergence, puisque l’Europe du roman comporte le Nouvel Empire, qui est une sorte de réinstauration des anciens empires romains et germaniques et qui s’oppose aux Royaumes-Unis, qui sont différents du Royaume-Uni parce qu’ils sont une union des couronnes d’Écosse, d’Irlande, du Pays de Galle et d’Angleterre plus qu’une absorption des différentes couronnes par l’Angleterre À noter également que les Royaumes ne sont pas catholiques et sont restés païens, comme le montre la présence de « druides ». Le monde de Monts et merveilles comporte d’autres divergences historiques avec le nôtre, mais celles-ci sont les principales dans Opération Sabines. Le contexte d’entre deux guerres est également important, puisqu’un conflit semble sur le point d’éclater entre les Royaumes et le Nouvel Empire, qui se disputent Valère, auteur de grandes avancées dans le domaine du nucléaire, et qui veulent le capturer pour pouvoir créer des armes (j’y reviendrai plus bas). Enfin, l’aspect Fantasy de l’uchronie de Nicolas Texier est observable à travers le fait qu’on trouve des personnages de mages et d’enchanteurs dans le récit, ainsi que des créatures surnaturelles, en plus de théories scientifiques, ce qui fait entrer la science et la rationalité en conflit avec la magie et le surnaturel. L’uchronie de Fantasy permet donc à l’auteur d’aborder le rapport de l’Humanité au merveilleux, avec lequel il peut coexister comme le font les habitants des Royaumes, ou qu’il peut chercher à détruire, ce que font les citoyens du Nouvel Empire qui prônent le Désenchantement (le fait de chasser le surnaturel), mais également les rapports des Hommes avec la science et ses progrès. À noter que l’auteur fait également des références culturelles à la période de l’entre deux guerres, avec le fait qu’on retrouve du jazz en Europe, et la progression des idées de Freud, auquel il fait un clin d’œil.

La coexistence et la rivalité de la science et de la magie sont construites sur l’existence d’un univers parallèle à celui des Hommes, appelé « l’outre-monde », où vivent les dieux et toutes sortes de créatures surnaturelles issues de toutes les croyances et cultures du monde, avec une multitude de mondes imbriqués dans cet outre-monde, qui peuvent représenter des passés fantasmés, des futurs alternatifs… Cela peut ancrer le roman dans le genre de la Portal Fantasy, définie (notamment par Apophis) comme mettant en scène la coexistence de deux mondes, reliés entre eux par des portails. Opération Sabines, à travers cette coexistence de deux univers, met aussi en scène des conflits d’intérêts entre les Hommes et les créatures surnaturelles, qui cherchent également à tirer parti des recherches de Valère, en compagnie de certains de leurs disciples du monde réel. On observe donc une dichotomie entre le monde réel et l’outre-monde, qui semble lutter face au « Grand Désenchantement », qui fait que très peu de créatures surnaturelles ont été observées depuis le début du 20ème siècle en Europe continentale, à cause de la politique du Nouvel Empire, qui se méfie de la magie et cherche à la faire disparaître au profit du progrès scientifique. Nicolas Texier développe donc l’idée que les progrès de la science et des théories rationnelles font reculer la magie et le surnaturel (j’y reviens plus bas). Ainsi, les personnages ne croiseront que peu de créatures surnaturelles avant d’aller dans l’outre-monde, dans lequel ils croiseront des elfes, des Tuatha Dé Danam (des divinités irlandaises), des goules, des lémures, et même le dieu hindou Ganesh.

La rivalité entre la science et la magie s’observe dans la concurrence directe entre certaines formes de magie et leur équivalent industriel ou technologique. En effet, l’auteur bâtit un système de magie, appelé les « Treize Voies Merveilleuses », qu’il détaille dans les annexes du roman, qui donnent beaucoup de détails sur les divergences historiques, mais également sur les différents types de magie qui existent dans l’univers de Monts et merveilles, avec leurs noms mais également la manière d’appeler leurs utilisateurs. Ainsi, un utilisateur de la « Voie martiale » sera appelé un « Maître d’armes », tandis que les pratiquants de la « Magie verte » se nomment les « Cultivateurs ». Ces annexes, en donnant chacun des domaines d’applications des différentes « Voies » (illusion, croissance des végétaux, manipulation des probabilités…), montrent comment certaines d’entre elles rentrent en concurrence directe avec les progrès scientifiques, notamment la « Magie Verte », qui sert dans le domaine de l’agriculture, et qui est concurrencée par de nouvelles techniques agronomiques, qui sont plus performantes que la magie. D’autres Voies tombent sous le coup de la loi et de la morale, telles que la Voie érotique et la magie Noire, qui sont très mal vues dans les Royaumes qui semblent assez rigides de mœurs, et qui comportent également des dangers (dans le cas de la magie noire).

 

Style, intrigue et personnages

 

Le style adopté par l’auteur dans Opération Sabines est très littéraire et soutenu. En effet, Nicolas Texier choisit de placer son récit du point de vue rétrospectif de Julius Khool, majordome de Carroll Mac Maël Muad, qui rédige ses mémoires. Le roman est donc narré à la première personne et au passé, dans un style très chargé, un vocabulaire souvent très riche, qui sert des descriptions que j’ai trouvées travaillées et plutôt semblables à celles que peuvent faire des auteurs de roman du 19ème siècle. Le narrateur Julius Khool fait également beaucoup de références à la littérature classique, en citant souvent Shakespeare, mais également d’autres auteurs comme Baudelaire ou Hugo, ce qui montre le goût du personnage pour la poésie, mais aussi sa culture. Le personnage fait également preuve d’un humour parfois assez noir et pince sans rire sur les situations et les aventures vécues avec son maître et d’autres compagnons plus ou moins sympathiques, avec par exemple le fait qu’il dispose « d’assurances », c’est-à-dire des armes lui permettant de convaincre d’autres personnages de manière plus ou moins violente.

Julius Khool est donc, à mon sens, très bien caractérisé. C’est un militaire qui a quitté l’armée pour se reconvertir et s’éloigner des mauvais souvenirs des guerres menée pour les Royaumes aux Indes, durant lesquelles il a été forcé de commettre des massacres et des exactions qu’il regrette amèrement. Le lecteur pourra le constater à travers les introspections du personnage, et les récits qu’il partage de la période durant laquelle il était sous les drapeaux. Cependant, Julius va se retrouver embarqué dans une affaire d’espionnage international en compagnie de son maître, qu’il va tenter de protéger du mieux qu’il peut. Le roman se centre donc pleinement sur Julius Khool, qui dépeint et décrit à sa manière les situations et les personnages qu’il rencontre en compagnie de Carroll, mais également ses aventures solitaires, notamment lorsqu’il fait des tournées des bars en pleine nuit, par exemple.

L’auteur joue énormément avec la voix narrative de son personnage, qui omet volontairement des détails pour les donner plus tard au lecteur de manière plus ou moins truculente, digresse en racontant ses souvenirs d’armée pour ajouter du suspense, et donne des indices sur les événements dans les titres des chapitres, qui sont donnés à la manière de certains romans feuilletons, et introduits par « Où nous… ». Il s’adresse également directement au lecteur, en le considérant comme une sorte de complice. En bref, on sent que Julius Khool possède un véritable goût pour la narration de ses aventures !

L’intrigue, quant à elle, repose sur une affaire d’espionnage. Julius Khool et Carroll doivent libérer le savant Valère Di Maggio, un jeune savant dont les théories révolutionnaires dans le domaine de l’atome pourraient servir à créer des armes hautement destructrices si elles tombaient entre de mauvaises mains, notamment celles du belliqueux Nouvel Empire. L’espionnage et les conflits militaires larvaires sont donc présents, en plus de l’aventure, puisque Julius et son maître Carroll vont devoir chercher Valère partout, jusque dans l’outre-monde, et tenter d’échapper aux forces impériales qui les recherchent activement (et qui finiront sans doute par les retrouver, mais je ne vous en dirai pas plus…). Le lecteur aura donc droit à de nombreuses péripéties, des trahisons, des retournements de situation, et même des passages de grande pyrotechnie !

 

Thématiques

 

Nicolas Texier traite de la question du progrès scientifique et de ses dérives, à travers le fait que plusieurs états veuillent s’approprier les découvertes de Valère à la veille d’un conflit d’ordre mondial, qui forme un parallèle évident avec la Seconde guerre Mondiale et la naissance (puis l’utilisation) des premières armes nucléaires. Le roman interroge donc le pouvoir et l’utilisation de certains progrès technologiques majeurs, à travers les suppositions que font les personnages sur les conséquences futures des découvertes de Valère, à la fois sur le monde des Hommes et sur l’outre-monde.

Les parallèles avec le 20ème siècle de notre monde se font également dans une remise en question des théories communistes et de leurs supposées applications lorsque Carroll et Julius rencontrent des mages qui luttent contre le capitalisme et qui souhaitent rendre la magie accessible à tous, mais aussi lorsque les personnages débattent des manières de percevoir la colonisation et les guerres aux Indes, ou même le racisme, que Julius Khool subit en tant que « Maure ».

 

Le mot de la fin

 

Nicolas Texier s’essaie à la Fantasy avec Opération Sabines, et dépeint une période d’entre deux guerres dans un monde uchronique et marqué par la concurrence entre la magie et la science, qui est aux portes d’un conflit mondial, dans laquelle un personnage haut en couleurs, Julius Khool, raconte les aventures qu’il vit avec son maître, Carroll Mac Maël Muad, alors qu’ils doivent tous deux sauver un savant dont les travaux sont convoités à la fois par les Hommes, mais également des dieux. Le style et la voix narrative sont pour moi de haute volée et servent très bien le récit, et j’ai hâte de pouvoir vous parler de la suite de ce roman, intitulée Opération Jabberwock !

Vous pouvez également consulter les chroniques de Boudicca, Mahault, Elhyandra qui parlent de la première version du roman. Si vous l’avez chroniqué et que je ne vous ai pas cités, vous pouvez vous signaler en commentaire !

Publicités

9 commentaires sur “Opération Sabines, de Nicolas Texier

  1. J’ai été un peu moins enthousiasmée que toi par le premier tome (j’ai trouvé l’univers super mais je n’ai pas accroché aux personnages). Je suis pressée de lire ton avis sur la suite pour savoir si ça vaut le coup 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Ah, mais je suis contente de lire cette chronique très positive. C’est un livre que j’ai beaucoup aimé l’année dernière, et j’avais été un peu déçu de voir qu’il plaisait peu … hâte de lire le second tome et de retrouver le truculent Julius !

    Aimé par 1 personne

  3. Voilà une oeuvre que j’attendais beaucoup ! Je suis un habitué des Moutons électriques (plutôt section Fantasy avec Jean-Philippe Jaworski) et ce roman francophone (cocorico) avait attiré mon attention sur leur site. Pour moi, la mise en place d’un univers cohérent est un incontournable. Nicolas Texier y parvient de manière admirable. S’ajoute à cela une belle galerie de personnages 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s