Alex Nikolavitch, vraiment ?

Salutations, lecteur. Aujourd’hui, je vais t’apprendre des choses qui vont te surprendre.

Alex Nikolavitch, vraiment ?


Disclaimer : Attention, lecteur. Cet article n’a pas pour but de se moquer d’Alex Nikolavitch. L’auteur est au courant de son existence, et l’auteur de ces lignes aime beaucoup sa plume.

Tu connais sans doute l’auteur et traducteur Alex Nikolavitch, lecteur. Peut-être as-tu lu Eschaton, L’île de Peter, Trois Coracles cinglaient vers le couchant, Les Canaux du Mitan, ou même Le Dossier Arkham. Sans doute les as-tu appréciés, car ce sont de (très) bons romans. Mais ce que tu ne sais pas, eh bien c’est que l’auteur n’existe pas. Ces romans seraient donc écrits par quelqu’un d’autre.

Et comment pourrais-tu le savoir, cher Mr Chroniqueur ? Voilà sans doute ce que tu te dis. Eh bien, parce que je l’ai découvert, suite à une enquête approfondie et des recherches sérieuses.

Tout d’abord, examinons le prénom de l’auteur : Alex. Qui, comme par hasard, est une anagramme de « Xela », que l’on peut transcrire phonétiquement en [icsɛla], ce qui donne syntaxiquement « X est là ». X représente l’inconnu, l’énigme, le mystère. X est là est donc un indice qui trahit le mystère autour de l’identité de l’auteur. Est-ce que cela veut dire que toutes les personnes se prénommant Alex doivent douter de leur identité ? Sans doute, mais je ne trancherai pas cette question ici.

Toujours sur la question du nom, on peut voir que l’auteur a parfois publié sous le pseudo d’Anton Negulesco, dans la volonté explicite de faire des canulars. Il a donc masqué son identité pour créer. Cela ne vous rappelle pas notre hypothèse ? Ensuite, en affichant ostensiblement un pseudonyme, il montre que son identité d’écrivain, « Alex Nikolavitch », est véritable, puisqu’elle ne passe pas par un faux nom. Montrer pour mieux cacher, voilà la stratégie qu’il adopte. Ensuite, si on passe ce pseudonyme au crible d’une analyse extrêmement fine, on remarque que Anton Negulesco et Alex Nikolavitch partagent les mêmes initiales, « A. N. ». Mais faut-il s’arrêter là ? Bien sûr que non ! On pourrait affirmer que ces initiales signifient « Assemblée Nationale », mais ce n’est pas ce qui nous intéresse, bien que certains membres de cette assemblée aient pour réputation de cacher, de masquer. « A. N. » veut dire « Auteur Nimbé ». Et l’adjectif « nimbé » appelle un groupe prépositionnel bien connu, « de mystère ».

On peut corroborer l’alliance de ces deux syntagmes en observant que le mot « mystère » apparaît sept fois dans Les Canaux du Mitan, trois fois dans Trois coracles cinglaient vers le couchant, et six fois dans Le Dossier Arkham, ce qui fait un total de seize. De prime abord, on pourrait ne rien voir de particulier dans le nombre 16. Mais en réfléchissant un peu, on peut se rappeler l’existence d’un certain Louis XVI. Et quelle est la particularité de Louis XVI ? Il a perdu la tête. Non, pas comme un personnage lovecraftien qui verrait Cthulhu. Le fait d’être décapité prive l’individu de son identité, par faute de visage visible, identifiable. Le nombre 16 renverrait donc à la perte de l’identité, et donc du doute vis-à-vis de celle-ci, et donc du mystère. Et quel mystère ? Celui de la véritable identité de l’auteur des romans d’Alex Nikolavitch, qui nous ramène donc vers une sorte d’équation, qui est « X est là = A. N. ». X est un auteur nimbé de mystère. Alex Nikolavitch est un auteur nimbé de mystère.

Ensuite, l’auteur est né en 1971. Est-ce que cela nous donne des indices ? Non, même si cela peut poser question, car cette date est sans doute un moyen de brouiller les pistes, même si bien sûr, il ne faut pas voir le mal partout.

En revanche, on peut voir que la plupart des romans de l’auteur sont publiés chez les Moutons électriques. Dans le roman Blade Runner de Philip K. Dick, les moutons électriques remplacent les vrais moutons, disparus à cause d’une guerre nucléaire et de catastrophes écologiques. Ce sont donc des robots qui imitent la vie organique. Doit-on en déduire que l’Alex Nikolavitch que l’on peut croiser en dédicace ou en table ronde est un robot, ou un hologramme ? Pas du tout. Mais le fait que ses romans paraissent chez cet éditeur, couplé à l’énigme « X est un auteur nimbé de mystère », tisse un réseau d’indices qui confirment notre théorie. De plus, Philip K. Dick est un auteur qui traite de l’effacement et de la dégradation du réel et met en scène des personnages piégés par des univers truqués. Tu penses que ça n’a aucun rapport avec le sujet qui nous occupe, lecteur ? Laisse-moi te détromper. Si Philip K. Dick joue avec des mondes truqués, et que les Moutons électriques, qui lui font un clin d’œil, publient un auteur dont le nom est une énigme, alors on peut douter sur la réalité de l’auctorialité des romans d’Alex Nikolavitch. Tu le vois bien, lecteur, tout fait sens.

Si on s’intéresse aux motifs présents dans l’œuvre de l’auteur, les références tentaculaires reviennent assez souvent, avec les « Puissances » d’Eschaton, et les évocations de Cthulhu et de Nyarlatothep dans Le Dossier Arkham, et renvoient à H. P. Lovecraft, dont Alex Nikolavitch a traduit la biographie. Mais qu’est-ce que Lovecraft et ses motifs viennent faire là-dedans ? Voilà la question que tu te poses sans doute, cher lecteur. Lovecraft est un auteur dont la biographie est absolument colossale, parce que sa correspondance très abondante permet de retracer sa vie de manière extrêmement précise. À l’inverse, le motif du tentacule est sinueux, invisible, indicible, comme les créatures que le Maître de Providence décrit dans ses récits. Alex Nikolavitch a travaillé sur la biographie de Lovecraft et connaît bien son œuvre. Donc il connaît un auteur qui a abondamment documenté sa vie, ce qui lui permet de faire illusion. Pourquoi ? Parce que sa page Wikipédia n’est pas documentée. Elle se rapproche donc de l’indicible, du mystère. La référence d’Alex Nikolavitch à Lovecraft renforce alors le flou autour de l’identité de cet auteur.

Vient ensuite une preuve particulièrement spectaculaire du flou qui règne autour de l’écrivain. Lorsque l’on recherche son nom sur Google Images, moteur tout à fait fiable, on peut trouver deux photos de l’auteur en noir et blanc. Or, les photographies couleur se sont démocratisées dans la deuxième moitié du vingtième siècle. Alex Nikolavitch serait-il un voyageur temporel dont l’image a été immortalisée par les frères Lumière ? Non, car il ne faut pas aller trop loin. Cependant, on peut tout à fait penser que ces photos en noir et blanc sont des indices. L’absence de couleur sur une photo peut bien sûr être interprétée comme un effet esthétique, mais si on se documente de manière poussée, on s’aperçoit que les photos en noir et blanc permettent de masquer des détails, tels que l’âge d’une personne, par exemple. Les photos en noir et blanc d’Alex Nikolavitch masquent donc son âge, et rendent plus difficile son identification. Et le texte de ses romans est en noir sur un fond de pages blanches. Est-ce un hasard ? Bien sûr que non, puisque c’est un standard typographique. Mais un standard peut cacher bien des choses, et si on met celui-ci en relation avec tous les autres indices que l’on a déjà repérés, alors on voit que l’auteur est difficilement identifiable.

Un autre argument est qu’Alex Nikolavitch est traducteur de comics (The Boys, The Old Guard…), romancier, comme on a pu le voir, mais il révise aussi des traductions et rédige des préfaces de grands classiques de la SF, comme celle de L’Espace connu de Larry Niven ou de Thoan de Philip José Farmer, et même des essais, avec Mythe et super-héros. Comment un seul homme peut-il abattre autant de travail ? En étant un surhomme, soit. C’est une réponse pertinente. Mais rappelons-nous qu’Alex Nikolavitch est en fait « là, nimbé de mystère », et que son identité est brouillée. Et si le travail d’un seul homme était en fait accompli par plusieurs ? Voilà une question que l’on peut se poser.

Évidemment, lecteur, je te vois venir, tu vas me dire Mais pourquoi Alex Nikolavitch créerait-il un mystère autour de son identité, et surtout, qui se cache derrière celle-ci ?

À cette question, je n’ai que peu de réponses possibles. Mes investigations ont des limites. Mais rappelez-vous qu’il est un auteur nimbé de mystères.

En revanche, lors de mon enquête très approfondie, comme vous avez pu vous en rendre compte, j’ai découvert cette page Wikipédia. Il n’y a rien qui vous choque ? Alexis Nikolaïevitch Tolstoï ? Cette conspiration (car bien sûr, il s’agit forcément d’une conspiration) s’étendrait donc jusque dans la littérature russe ?

Une source digne de confiance m’a également informé qu’un tsarévitch, c’est-à-dire un fils de tsar russe, soigné par Raspoutine, s’appelait Alexis Nikolaïevitch Romanov. Une infiltration dans la Russie tsariste et une mise en contact avec un magicien ? Rien n’est moins sûr. Ensuite, l’acteur Christopher Lee, acteur britannique mais aussi ancien agent secret (SECRET !), a joué un Alexei Nikolavitch Rakov dans le film Police Acadamy V. Il n’y a rien qui te choque lecteur ? Un ancien agent secret qui joue un rôle, avec un nom qui rappelle un auteur capable de lui aussi jouer des rôles, dont on retrouve des traces dans des canulars, mais aussi dans la littérature et la politique de la Russie ? Vraiment ? Et si je te dis que Christopher Lee et Alex Nikolavitch font exactement la même taille, hein ? Ne comprends-tu pas ? Pourtant, il n’y a aucun doute possible. Alex Nikolavitch est sans doute un voyageur temporel membre d’une officine secrète.

Mais c’en est trop pour moi, je préfère m’arrêter ici. Le mystère qui plane autour d’Alex Nikolavitch se résoudra sans moi. Mais prend garde, lecteur. N’oublie pas que X est là, auteur nimbé de mystère.

17 commentaires sur “Alex Nikolavitch, vraiment ?

  1. Alors je suis navrée, mais je ne suis pas d’accord avec tout. On voit bien par qui tu as été payé pour faire ce genre d’article… On sait bien que le nom Alex est grec, de ce fait ton raisonnement est entièrement faux et ce depuis le début ! Je suis vraiment déçue par la qualité de cet article qui ne reprend même pas la grandeur grecque…
    A bon entendeur !!

    Aimé par 1 personne

    1. Il faut comprendre que cet article est une enquête, il repose sur des faits tangibles, à savoir la phonologie du nom Alex.
      Et puis, ceux qui me paient m’ont dit de ne pas m’attirer d’ennuis avec certaines personnes. Ce faisant, il ne valait mieux pas que je traite d’une certaine grandeur.

      Aimé par 1 personne

      1. Et qu’est-ce que la vérité ? Parce qu’au fond, si tout le monde nous ment, alors le mensonge est la nouvelle vérité.
        Je refuse de vivre dans un monde où les gens ne mènent pas bien leurs recherches je suis désolée, me voilà désolée, je suis navrée, enfin !

        Aimé par 1 personne

  2. Nous sachons !
    Merci pour cette enquête précise et détaillée.
    Je serais néanmoins curieuse de savoir ce qui t’a mis sur cette voie, comment les éléments se sont petit à petit imbriqués dans ton esprit pour en arriver à tant de clarté !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s