L’humain outresolaire en affiches, de Saïd

Salutations, lecteur. Aujourd’hui, je vais te parler d’un objet-livre de science-fiction réalisé grâce à la risographie.

L’humain outresolaire en affiches, de Saïd


Introduction


Avant de commencer, et par souci de transparence, j’aimerais préciser que cette chronique émane d’un service de presse de l’auteur, qui se trouve également être un camarade de l’équipe du podcast Mana et Plasma.

Saïd est un auteur de science-fiction né en Belgique en 1989. Il est l’auteur de plus de soixante nouvelles, dont une cinquantaine ont été écrites en un an dans le cadre de son projet Horizons Parallèles. Les nouvelles  issues de cette déclinaison du défi de Ray Bradbury sont disponibles dans des recueils qu’il publie, fabrique et relie lui-même, au format numérique sous licences libres, ou bien en podcast.

L’humain outresolaire en affiches, disponible depuis Août 2021, est le premier projet de l’auteur imprimé en risographie. Le premier tirage a été complètement vendu, mais des pré-commandes ont été ouvertes pour le prochain tirage ici.  

En voici la quatrième de couverture :

« Deux siècles après leur disparition, les supports persistants tels que les livres et les affiches ont connu un regain d’intérêt chez les humains. Pendant près de 100 ans, jusqu’à leur retour en désuétude, sapiens s’est peu à peu réapproprié ces médias, inertes mais palpables, percutants, et surtout insensibles aux catastrophiques pertes de données. L’humain outresolaire en affiches vous propose de partir à la rencontre de l’espèce humaine au travers de moments clés de son histoire, qu’un concours de circonstances aura fait illustrer d’étonnants supports. »

Dans mon analyse de cet objet-livre, je traiterai de la manière dont le choix du support influe sur la diégèse.

L’Analyse


Risographie, Histoire et science-fiction


Dès son incipit, L’humain outresolaire en affiches montre que sa diégèse s’appuie sur son support matériel, puisque le livre affiche son statut matériel et s’adresse directement à son lecteur en déclarant 

Félicitations, vous venez d’acquérir un livre.

La création de Saïd existe donc en tant qu’objet manipulé par son lecteur, mais aussi au niveau intradiégétique.

Cette matérialité s’observe aussi dans l’importance du graphisme. En effet, l’histoire de l’être humain pendant et après la colonisation du système solaire est racontée grâce à des affiches de propagande, de publicité et de campagnes de communication, reproduites dans les pages de gauche et agrémentées de commentaire iconographiques et historique en page de droite. Ces affiches émanent de divers organismes, d’associations luttant contre la consanguinité à bord des arches stellaires aux publicités d’entreprises de terraformation ou de modifications génétiques, en passant par des isolationnistes humains refusant tout contact avec des espèces extraterrestres. Le support papier s’affiche (sans mauvais jeu de mots) donc dans l’objet livre, ce qui est justifié de manière intradiégétique par une renaissance de l’utilisation du papier aux XXVII et XXVIIIème siècles, à cause des tempêtes électromagnétiques qui peuvent détruire les données informatiques. Saïd décrit donc un retour d’un support matériel, supposément moins périssable et plus visuel que des supports dématérialisés. Par exemple, sur Titan, les colons tentent de préserver leur mode de vue et leur culture, donc ils recourent au support papier pour éviter les pertes dues aux pannes informatiques.

Les affiches sont issues de détournements d’affiches libres de droits et sont imprimées en risographie, une technique d’impression pour laquelle j’ai beaucoup d’affection. Pour rappel, la risographie est un procédé d’impression semi-artisanal, qui s’appuie sur un duplicopieur, au rendu très particulier, avec du grain et une trame, l’aspect semi-artisanal venant du fait que le tri des pages est effectué à la main et que l’impression nécessite aussi du travail manuel, mais aussi dans le fait que chaque exemplaire est légèrement différent des autres, et est donc unique. Je suis tombé presque amoureux de cette technique lorsqu’elle a été employée pour imprimer le deuxième numéro de la revue L’Eclectique. Les affiches présentes dans L’humain outresolaire en affiches sont vraiment magnifiques et très bien réalisées selon moi, en plus de porter l’Histoire du futur mise en scène par Saïd.

Le récit mobilise ainsi des topoi classiques de la SF, tels que la colonisation de l’espace, la terraformation, les arches stellaires, le transhumanisme, le premier contact, ou moins classiques, comme la nécessité de réaliser un brassage génétique pour éviter la consanguinité ou la concurrence publicitaire interplanétaire (oui oui). Cependant, la manière dont la narration se construit est originale, puisqu’elle inclut le support papier et le graphisme. La narration s’appuie donc sur des affiches et les commentaires historiques et iconographiques qui en sont faits. On peut rapprocher cette forme de narration de la manière dont sont construits les manuels d’histoire, ce qu’on observe aussi dans le classement des affiches par ordre chronologique. Le didactisme du récit semble donc pleinement épouser la narration.

Les affiches montrées par l’auteur servent différents discours, qui peuvent par exemple être publicitaires. Ainsi, les colonies spatiales comme TRAPPIST-1G cherchent à attirer le public grâce à des paysages idylliques et un slogan, « G pour généreuse ». Cependant, ces publicités sont régulées par les autorités pour ne pas être mensongères. L’auteur montre l’impact historique de certaines campagnes publicitaires, puisque celle de TRAPPIST-1G influence d’autres campagnes, notamment celle de l’entreprise de terraformation Byofertil, dont le slogan est « aux grandes explorations les grands partenaires ». Plus tard, d’autres entreprises, comme le groupe Orion, engendrent un bond technologique grâce à leurs essaims de Dyson, ou la société Kromoz, qui promet aux humains trois siècles de vie grâce à des modifications génétiques et un slogan particulièrement bien trouvé, « Jamais deux cents. Trois. ». L’humanité outresolaire progresse donc technologiquement, ce qui lui permet de s’étendre et d’accroître son influence. L’augmentation de la durée de vie par des modifications génétiques, ainsi que la présence « d’implants neuraux » laisse entrevoir un être humain de plus en plus modifié. Saïd décrit donc une transhumanité spatiale.

Certaines campagnes présentées par l’auteur s’avèrent plus politiques, avec des campagnes de sensibilisation par des organismes de santé qui veulent lutter contre la consanguinité en échangeant des volontaires entre arches stellaires et planètes colonisées pour favoriser le brassage génétique des populations. D’autres se prononcent en faveur d’un isolationnisme farouche, avec une volonté de fermer l’espèce humaine au (premier) contact avec d’autres espèces intelligentes, comme les « Kadéens », ou souhaitent au contraire s’ouvrir à eux afin de lutter contre d’éventuels peuples plus hostiles. Les affiches et leurs commentaires montrent donc une évolution du rapport de l’humanité aux espèces intelligentes non-humaines, ce qui marque des changements sociaux au fil des décennies.

Le mot de la fin


L’Humain outresolaire en affiches est un ouvrage de science-fiction de Saïd imprimé en risographie, ce qui donne un rendu bien particulier que j’apprécie particulièrement. L’auteur y raconte une histoire du futur, dans laquelle l’humanité a réutilisé le papier pendant environ un siècle pour communiquer grâce à des affiches, qui servent de supports publicitaires, de propagande politique ou religieuse, ou campagne de prévention de santé. Ces affiches et leurs commentaires permettent de suivre l’évolution de l’humanité, qu’elle soit technologique ou sociale.

Si vous souhaitez découvrir la risographie ou la plume de Saïd, je vous recommande vivement cet ouvrage !

6 commentaires sur “L’humain outresolaire en affiches, de Saïd

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s