Stray Dog (tome 5), de VanRah

Salutations, lecteur. Aujourd’hui, je vais te parler du cinquième volume d’un manga français que j’apprécie particulièrement.

Stray Dog (tome 5), de VanRah

9782344034347-001-T.jpeg

Introduction

 

VanRah est une mangaka française. Elle est ostéopathe et pédiatre de formation, et elle a décidé de dessiner et scénariser ses propres mangas après avoir travaillé comme encreuse pour DC Comics.

Elle est l’autrice des séries NeverendAyakashiStray Dog et Mortician. Ces deux dernières séries se déroulent dans le même univers, la seconde étant un spin off de la première. La série Stray Dog a été récompensée en 2015 par le prix du Meilleur Manga International. C’est de celle-ci que je vais vous parler aujourd’hui.

Stray Dog compte actuellement cinq volumes publiés chez Glénat Manga. C’est une série de Fantasy urbaine au sens strict du terme, puisque de créatures surnaturelles vivent parmi les humains à l’intérieur dans une ville, Ishtar, qui est contemporaine à notre époque. Vous pouvez retrouver mes chroniques des quatre premiers volumes du manga grâce au tag qui lui correspond.

Voici la quatrième de couverture du cinquième volume, dont je vais vous parler aujourd’hui :

« L’opération menée par le Bird et visant à arrêter Kira tourne à l’horreur : l’Alpha Rouge, apprenant à maîtriser ses pouvoirs, parvient à briser le champ de force dressé par Tarot et déchaîne sur ses ennemis une armée de chimères sanguinaires qui déciment les rangs du Bird, tuant sans exception humains et Karats.

Tarot n’a d’autre choix que d’abandonner sa position pour aller leur porter secours, laissant alors le soin à Toru, resté en retrait, de mettre Kira hors d’état de nuire une bonne fois pour toutes.

Mais lorsque ce dernier se retrouve, dans sa fuite, nez à nez avec Aki et la blesse gravement, la part démoniaque de Toru prend soudainement le pas sur sa conscience et se libère complètement. Apparaît alors au grand jour le vrai visage de la Bête du Gévaudan : une entité sombre, meurtrière et totalement incontrôlable. »

Mon analyse du manga s’intéressera d’abord au dessin de l’autrice, puis à l’univers, la narration et les personnages.

 

L’Analyse

 

Le dessin

 

Le dessin de VanRah est toujours aussi beau, avec une mise en scène des combats qui fait la part belle au gigantisme des créatures invoquées par Kira et Tarot, qui prennent parfois des doubles pages entières et à côté desquelles les bâtiments comme les invocateurs font pâle figure !

L’autrice utilise un encrage différent des bulles, qui sont noires, lorsque ce sont les parts démoniaques des Karats qui s’expriment. La différence entre la part démoniaque et la part humaine des Karats s’exprime aussi dans des changements de design des personnages, à travers la coiffure des personnages et les sortes de stigmates qu’ils ont sous les yeux, dont la sclère est noire.

Cela permet de différencier de manière très nette les Karats en tant qu’individus de leur part démoniaque, et de montrer que chez les Karats puissants, le démon et le Karat sont deux individus différents. Ainsi, les parts démoniaques respectives de Tarot et de Toru illustrent complètement la dualité que l’on peut observer chez les Karats.

 

Narration et personnages

 

Ce cinquième volume de Stray Dog étoffe l’univers de la série, puisqu’on apprend comment fonctionne la part démoniaque des Alphas et des Karats puissants, c’est-à-dire les Alphas et les Omégas (qui sont pour rappel, les métis de Karats Alphas et d’humains). En effet, elle constitue une deuxième personnalité dotée d’une conscience et d’un libre arbitre, comme si deux âmes cohabitaient dans un même corps, d’où le fait que Tarot et sa part démoniaque, appelée Black sont différents, et c’est la même chose pour Toru et son démon, qui incarne complètement et monstrueusement l’idée que l’on peut se faire de la Bête du Gévaudan.

L’autrice explore donc la part d’ombre et la violence de ses personnages les plus puissants, à savoir les Karats Alpha, représentés par Tarot et Toru, et la manière dont elle est perçue par les Karats moins puissants et les humains standard, c’est-à-dire comme un danger immense capable de causer des centaines de morts sans pouvoirs être stoppé.

On apprend aussi que certains types de Karats ont connu des rafles et des génocides organisés orchestrés par les humains, à l’image des Syaran, des Karats félins. Cela montre les atrocités que les Karats subissent à cause des Hommes, ce qui traduit leur rejet du surnaturel.

Les interactions entre les personnages qui sont toujours ponctuées par un comique bien dosé par l’autrice, à base de vannes à propos du look de certains personnages, celui de la forme démoniaque de Tarot en tête, des quiproquos, des blagues gore, et de comique de situation basé sur l’inhumanité et la froideur de Black (ainsi que son côté geek, comme en témoigne un clin d’œil à Jurassic Park) et du passé relationnel entre certains personnages. Cela permet au lecteur de découvrir la part démoniaque de Tarot, appelée Black, que le personnage parvient à contrôler, ce qui crée un contraste extrêmement violent entre la manière dont il est dépeint, sous un mode parfois comique malgré la gravité de la situation à laquelle il fait face, et la façon dont le démon de Toru est montré comme étant un monstre incontrôlable.

En effet, la situation déjà très tendue à cause de l’Alpha Rouge meurtirer Kira dégénère, ce qui force Tarot a déchaîner son démon pour l’arrêter, alors que le démon de Toru s’est libéré, malgré les précautions prises par le professeur Senri grâce aux sceaux.

Le démon de Toru s’avère ainsi extrêmement violent, et dont la puissance gigantesque le rend complètement incontrôlable, et par conséquent complètement aux antipodes de Toru, qui totamment dans sa relation avec Aki, qu’il insulte et tente de tuer. Les sentiments et l’humanité de Toru sont ainsi encore une fois mis en question par l’autrice, qui montre complètement l’aspect incontrôlable du démon de son personnage, notamment dans la violence de ses propos et celle qu’il exerce physique. Aki va toutefois tenter de le ramener à la raison avec l’aide de Iruu, un Syaran Oméga, au cours d’un combat intense et extrêmement violent.

On observe aussi, grâce à des flashbacks, le passé commun de Tarot, de Kirah, l’Alpha Rouge décédé du BIRD et de Iruu, avec l’arrivée très mouvementée et violente de Tarot au Bird,  ses débuts dans la structure, ainsi que ses interactions assez brutales avec Iruu, qui était alors très jeune. Le Syaran Oméga était en effet jaloux des pouvoirs de Tarot et de ses capacités et voulait pouvoir se battre pour plus être à la traîne. VanRah, à travers Irru, mais aussi Tarot, aborde le thème du dépassement du soi-même et de sa condition, en montrant qu’il lui est possible en tant qu’Oméga d’égaler les Karats les plus puissants. Iruu a donc un lien très fort avec Kirah, le Lycan Alpha rouge qui avait affronté et maîtrisé Tarot, et avec Tarot lui-même, puisque c’est les interactions entre les deux personnages qui ont poussé Iruu à se dépasser pour devenir plus fort. Les dialogues entre les personnages de ces flashbacks sont particulièrement drôles, et je ne vous en dirai pas plus pour que vous puissiez les découvrir !

Je terminerai en évoquant le personnage de Tarot qui également très intéressant dans le thème du dépassement de soi, parce que même en étant un Oméga, c’est-à-dire un métis d’humain et de Lycan, et donc en n’étant pas un Alpha et considéré comme un membre de la « plèbe » par les Karats plus puissants, il parvient à égaler et même surclasser les Lycans Alpha, pourtant réputés presque invincibles, malgré sa part démoniaque très cynique et froide. Ainsi, Tarot, et les Omégas de manière générale, représentent un moyen pour l’Humanité d’égaler les Karats, et de maîtriser leurs aspects les plus dangereux, et pour les Karats, une manière de littéralement s’humaniser à travers le métissage.

 

Le mot de la fin

 

Ce cinquième tome de Stray Dog montre le fonctionnement des parts démoniaques des Lycans Alpha et Oméga, dans tout ce qu’elles peuvent avoir de violent et d’incontrôlable, ce qu’on observe chez Toru, devenu la véritable Bête du Gévaudan. VanRah aborde également les thèmes du dépassement de soi, à travers les personnages d’Iruu et de Tarot et l’exploration de leur passé commun, chargé en humour et en émotions, et à travers leurs combats respectifs contre les chimères de Kira et un Toru devenu fou, avec des dessins toujours aussi merveilleux !

Un commentaire sur “Stray Dog (tome 5), de VanRah

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s