D. Gray Man : Les Maréchaux en péril et Prémonition (tomes 4 et 5), de Katsura Hoshino

Salutations, lecteur. Aujourd’hui, je continue mes chroniques sur D. Gray Man, en traitant simultanément les tomes 4 et 5 du manga.

D. Gray Man : Les Maréchaux en péril et Prémonition (tomes 4 et 5), de Katsura Hoshino

 

 

Introduction

 

Avant de commencer, j’aimerais détailler la démarche que je vais suivre pour ces chroniques de D. Gray Man. Le projet est de traiter de l’intégralité du manga. Je découperai néanmoins mes chroniques par arcs narratifs, sauf dans les cas où, notamment celui des premiers volumes, un tome constitue un arc narratif à part entière. J’espère que ces chroniques vous plairont et qu’elles vous donneront envie de vous intéresser à cette œuvre formidable qu’est D. Gray Man. J’ai choisi de relier les volumes 4 et 5 parce qu’ils participent tous les deux à l’introduction d’un nouveau personnage, Arystar Krory.

Katsura Hoshino est une mangaka japonaise née en 1980. Son manga D. Gray Man est prépublié depuis 2004 dans le Weekly Shonen Jump, mais a connu plusieurs interruptions en raison des problèmes de santé de l’autrice. Le manga a également connu deux adaptations en anime, l’une de 2006 à 2008, et la deuxième appelée D. Gray Man Hallow, en 2016.

En France, le manga est publié en volume chez Glénat.

Voici la quatrième de couverture du tome 4 du manga :

« L’œil gauche crevé par Road Kamelot, membre du mystérieux “clan Noé”, Allen erre en ville, des questions plein la tête.

Alors qu’il est en route pour sa prochaine mission, son voyage est interrompu par un homme en détresse : son village serait la proie d’un vampire !
Que va-t-il découvrir dans ces sombres contrées ? »

Mon analyse de ces deux volumes de D. Gray Man traitera du dessin, de l’univers et de l’intrigue, et des personnages. Attention, comme cette chronique traite de plusieurs volumes, il se peut que vous soyez spoilés.

L’Analyse

 

Dessin

 

De manière générale, le dessin de Katsura Hoshino est toujours aussi magnifique.

On observe que le passage des Akuma de leur forme humaine à leur forme monstrueuse, avec un déploiement seulement partiel de leurs armes, témoigne de leur aspect grotesque, mais aussi lovecraftien, dans la disproportion de leurs membres et leur apparence difforme, comme on peut l’observer avec les niveaux 1 qui attaquent Allen et Lavi lorsqu’ils se trouvent en ville dans le quatrième volume, ou lorsqu’Eliade attaque Allen dans le cinquième tome.

On peut également souligner le contraste entre la forme vampirique de Krory, atteinte lorsqu’il ingère du sang d’Akuma, ce qui réveille ses instincts de prédateur et entraîne une sorte de folie sanguinaire chez lui, et sa forme humaine, où il apparaît sous des traits moins effrayants et plus humains, ce qui fait ressortir sa timidité naturelle. On peut également que le design du personnage est extrêmement soigné, de même que ceux de Lavi ou de Tyki Mikk, qui apparaissent pour la première fois dans ce volume.

 

Univers et intrigue

 

Kastura Hoshino introduit le clan des Bookmen, des archivistes de l’Histoire, avec les personnages de Lavi et Bookman. Ils connaissent ainsi l’Histoire secrète et occulte du monde, et sont dotés d’une mémoire quasiment eidétique et d’un sens de l’observation incroyablement développé, ce qui leur permet d’être des Exorcistes habiles.

Avec le quatrième volume, D. Gray Man arrive dans l’une de ses phases cruciales, ce qu’on observe lorsqu’un Akuma annonce « la tragédie peut enfin débuter ». En effet, il s’agit de l’arc durant lequel Allen et ses compagnons vont être lancés sur la piste du Maréchal Cross après l’assassinat de l’un ses pairs, à savoir le Maréchal Kevin Yeegar, vraisemblablement tué par un Descendant de Noé (qui ont été introduit dans le volume précédent). Les traces de Cross vont les amener en Roumanie, où ils vont se confronter à un vampire, à savoir le comte Arystar Krory, qui terrifie un village entier, puisqu’il tue certains de ses habitants.  L’autrice reprend ainsi le trope de l’exploration d’un lieu marqué par une figure surnaturelle, présent dans les volumes précédents, mais l’approfondit et le rattache à un arc narratif plus long, celui de la quête du Maréchal Cross.

L’autrice revisite la figure du vampire, qui se situe ici plus du côté de Dracula que de Twilight, et le trope du château hanté à travers l’intrigue qui met en scène Krory, qui vit reclus dans son château. Cependant, Arystar Krory n’est pas un véritable vampire, et sa nature s’avère bien plus complexe, puisque comme dans les volumes précédents, Katsura Hoshino joue avec les apparences pour induire son lecteur en erreur. Ainsi, on observe qu’il est manipulé par la mystérieuse Eliade. Krory vit en réalité seul dans son château, parce qu’il se perçoit comme un vampire, et apparaît comme un personnage complètement détaché du monde réel, et surtout comme un Compatible de l’Innocence qu’une Akuma a manipulé. L’autrice joue ainsi sur les apparences, puisque la frêle Eliade n’est clairement pas ce qu’elle semble être, tandis que Krory, qui apparaît comme un monstrueux vampire torturé par les crimes qu’il commet, s’avère en réalité être un Compatible. On observe d’ailleurs que la figure de vampire se trouve donc rationnalisée dans D. Gray Man, de la même manière que d’autres phénomènes surnaturels, puisqu’elle se retrouve rattachée et justifiée par l’action des pouvoirs de l’Innocence.

On apprend d’ailleurs qu’une Innocence « le Cœur précieux », et qu’elle constitue la source du pouvoir de toutes les autres Innocences. Le cœur devient donc l’un des enjeux de la guerre entre la Congrégation de l’Ombre et le Comte Millénaire, puisque le cœur permettrait de désactiver les pouvoirs de l’Innocence, ce qui signifierait une victoire définitive du Comte. On observe ainsi que l’Innocence ne sert pas seulement à lutter contre les Akuma et leur créateur, mais qu’elle constitue une ressource que la Congrégation doit préserver, au même titre que les Compatibles. La recherche du Cœur précieux va également soulever de nombreuses interrogations quant à l’identité de son porteur, qui peut se trouver parmi les Exorcistes en activité.

Cette quête du cœur provoque l’intensification de la guerre entre la Congrégation et le Comte, notamment dans le cinquième volume, à travers les confrontations de Kanda et de ses camarades de l’Unité Tiedoll, aux Akuma, mais aussi avec les interventions des Noé qui causent la mort de nombreux Exorcistes.

L’autrice intègre également de l’humour à son récit, même dans les situations dramatiques. Dans les volumes 4 et 5, ce sont majoritairement les interactions entre Allen et Lavi qui constituent une source de comique, notamment parce que Lavi s’avère assez exubérant et vanne la plupart des autres personnages, à commencer par Allen et Bookman. Le personnage possède également un véritablement un don pour se placer dans des situations assez absurdes, qui créent des décalages drôles avec les situations dans lesquelles ses camarades se trouvent (je pense notamment au moment où il sort d’un tonneau alors qu’Allen est capturé par des villageois).

 

Personnages

 

Allen, à la suite de sa confrontation avec Road Kamelot dans le troisième volume, voit son œil gauche crevé, ce qui l’empêche de distinguer les Akuma de la population humaine standard. Allen est alors ramené d’une certaine manière au commun de la Congrégation de l’Ombre, qui ne peut pas repérer les Akuma lorsqu’ils se cachent parmi les humains, ce qui le pousse à reconsidérer sa position en tant qu’Exorciste.

On observe également qu’il est affecté psychologiquement par sa rencontre avec Road, puisque s’opposer aux Noé, qui ne sont pas des Akuma, implique de devoir tuer des êtres humains. Allen se trouve alors affaibli, puisqu’il ne peut plus se reposer sur ses perceptions surnaturelles. Toutefois, son œil gauche finit par recouvrer ses capacités, augmentant ainsi ses pouvoirs de détection des Akuma. Cependant, l’œil d’Allen évolue « à la manière d’un Akuma », ce qui témoigne d’une certaine façon le statut ambigu d’Allen, puisqu’il semble se rapprocher d’un Akuma, et donc, de l’ennemi qu’il est censé combattre.

 

Le comportement d’Allen est lourdement questionné par Lenalee. L’Exorciste prend en effet ses distances avec lui, notamment parce qu’elle lui en veut de ne pas combattre aux côtés de ses alliés, et de porter ses combats sur ses seules épaules, ce qui impacte très fortement sa santé. On observe ainsi que le sens du sacrifice d’Allen est bien trop extrême, pour lui-même comme pour son entourage.

 

Les quatrième et cinquième volume introduisent Lavi, le cadet du clan des Bookmen, avec lequel Allen forme une sorte de duo comique, de par les vannes assez bon enfant que les deux personnages s’échangent. Leur synergie s’observe particulièrement lorsqu’ils sont confrontés à Krory et Eliade. On remarque également que Lavi, par son humour comme son sérieux, permet à Allen de prendre du recul sur sa très forte émotivité. Lavi apparaît donc comme un personnage drôle et sympathique, malgré le mystère qui entoure son passé, exploré plus profondément dans les volumes suivants du manga. On peut ajouter qu’il forme un duo assez comique avec Bookman, puisque les deux personnages s’échangent des plaisanteries sur leurs âges respectifs.

 

Katsura Hoshino introduit également Arystar Krory (qui est l’un de mes personnages préférés), qui est une sorte de vampire vivant reclus dans son château en Roumanie, et qui ne connaît donc pas le monde extérieur avant de rencontrer les Exorcistes. On observe donc un contraste saisissant entre son comportement lorsqu’il absorbe du sang d’Akuma, et sa timidité maladive lorsqu’il ne combat pas. Cette timidité couplée à son ignorance du monde extérieur constitue d’ailleurs un ressort comique, notamment lorsqu’il découvre bien malgré lui le poker par exemple.

(contraste saisissant, n’est-ce pas ?)

Krory est marqué par le tragique, notamment dans sa relation avec Eliade, marquée par le fait qu’elle lui a menti sur leurs véritables natures (elle est un Akuma, il est un Compatible), ce qui fait que leur relation repose sur une manipulation. Leur relation est cependant assez ambiguë, notamment parce qu’Eliade est un Akuma qui a pris plaisir à jouer à l’humain, mais également et surtout parce qu’elle semble être véritablement tombée amoureuse de Krory, allant ainsi contre sa nature première d’Akuma.

 

Le cinquième volume fait également apparaître, de manière à la fois comique, subtile et horrifique un nouveau Noé, Tyki Mikk, qu’Allen rencontre sans avoir conscience de sa nature, ce qui témoigne de la maîtrise de l’ironie dramatique de Katsura Hoshino. Tyki représente très bien la tension et l’ambiguïté des Noé (ou du moins, de certains d’entre eux), entre leur part humaine et démoniaque, puisqu’il apprécie les Humains et aime vivre parmi eux, ce qui contraste fortement avec son sadisme et sa violence.

 

Ce tome 5 nous fait rencontrer le Maréchal Tiedoll, qui semble assez émotif, porté sur l’art, ce qui contraste avec les échos qu’Allen nous donne d’un autre Maréchal, Cross, qui apparaît froid, détaché, et irresponsable.

 

Le mot de la fin

 

Les quatrième et cinquième volumes de D. Gray Man marquent une montée des enjeux narratifs et dramatiques du manga de Katsura Hoshino.

L’autrice marque en effet de manière brutale le début de la guerre ouverte entre le Comte Millénaire et la Congrégation de l’Ombre, avec la mort de plusieurs Exorcistes et l’introduction d’un nouveau membre du clan Noé, à savoir Tyki Mikk.

Allen et ses compagnons se lancent alors sur la piste du Maréchal Cross pour l’épauler, ce qui les conduit à croiser la route d’Arystar Krory, considéré comme un vampire par les habitants, alors qu’ils se trouvent en Roumanie. Kastura Hoshino joue avec les apparences pour subvertir la figure du vampire et donner une grande profondeur au personnage de Krory, tout en confrontant Allen à ses propres faiblesses, physiques comme émotionnelles.

Décidément, j’aime beaucoup vous parler de D. Gray Man, et j’ai hâte de vous parler des volumes suivants !

4 commentaires sur “D. Gray Man : Les Maréchaux en péril et Prémonition (tomes 4 et 5), de Katsura Hoshino

  1. C’est marrant, je regardais l’anime quand j’avais à peu près ton âge (voir plus jeune). Et j’étais folle amoureuse de Tyki Mikk 🤣
    J’avais poursuivi un peu les scans par la suite mais les arrêts répétés m’ont fait lâcher le manga qui est pourtant vraiment bon et original.
    C’est chouette que tu te sois lancé dans des chroniques complètes, ça me remettra peut-être suffisamment les arcs en tête pour poursuivre un jour ! Merci pour ton travail !

    Aimé par 1 personne

    1. Je crois que Tyki Mikk a fait cet effet a pas mal de personnes ! 😀 .
      C’est précisément pour ça que je me suis lancé dans les chroniques de ce manga, j’ai l’impression que mal de gens l’ont aimé à l’époque mais ont lâché l’affaire, si bien qu’on parle plus beaucoup, alors si je peux, à mon humble niveau, essayer de le remettre en avant, c’est cool ^^ .
      Merci à toi pour ce commentaire hyper motivant ^^ !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s