Stray Dog (tome 2), de VanRah

Salutations, lecteur. Aujourd’hui, je vais te parler de la suite du manga Stray Dog.

Stray Dog (tome 2), de VanRah

Introduction

 

Cette introduction sera sensiblement la même que celle que j’ai rédigée pour ma chronique du tome précédent.

VanRah est une mangaka française. Elle est ostéopathe et pédiatre de formation, et elle a décidé de se mettre au manga après avoir travaillé comme encreuse pour DC Comics.

Elle est l’autrice des séries Neverend, Ayakashi, Stray Dog et Mortician. Ces deux dernières séries se déroulent dans le même univers, la seconde étant un spin off de la première. La série Stray Dog a été récompensée en 2015 par le prix du Meilleur Manga International. C’est de celle-ci que je vais vous parler aujourd’hui.

Stray Dog compte actuellement quatre volumes publiés chez Glénat Manga, et le cinquième devrait paraître courant 2019. C’est une série de Fantasy urbaine au sens strict du terme, puisque de créatures surnaturelles vivent parmi les humains à l’intérieur dans une ville, Ishtar, qui semble contemporaine.

Voici la quatrième de couverture de ce deuxième volume :

« Toru a enfin retrouvé Aki, qu’il doit désormais protéger. Mais la tâche s’avère plus difficile que prévu : la fille de Senri déteste les Lycans et n’a pas l’intention de laisser l’un d’entre eux entrer dans sa vie aussi facilement. Mais lorsqu’une vague de meurtres, causés par un Lycan Alpha, s’abat sur Ishtar, le Bird lance son plus redoutable exorciste sur la piste du démon tueur en série. Aki pourrait bien avoir besoin d’un Karat pour veiller sur elle… et Toru d’une alliée croyant en son innocence ! »

Mon analyse évoquera cette fois plus la narration et la dramaturgie du manga que le dessin, qui est toujours aussi magnifique, mais dont je n’ai pas grand-chose à dire de plus que dans ma chronique du premier volume. Je placerai tout de même des planches au sein de l’article pour illustrer certains de mes propos. En revanche, je ne réexpliquerai par certains points de l’univers ou de la narration. Je vous invite donc à consulter à lire ma chronique du premier tome si vous n’avez pas (encore) lu le manga.

 

L’Analyse

 

Toru et Aki

 

Le tome 2 de Stray Dog marque le début de la relation entre Toru, le Lycan Alpha surpuissant sauvé par le professeur Senri dans le tome précédent, et Aki, la fille dudit professeur, que Toru doit à tout prix protéger. Cette relation va rapidement s’avérer être une source de conflits. En effet, Aki est convaincue que c’est un Lycan qui a assassiné son père, et par conséquent, elle déteste tous les Lycans. Pour ne rien arranger, elle étudie dans un pensionnat où elle côtoie des Karats en réinsertion qui la détestent et la maltraitent parce qu’elle est la fille du fondateur du BIRD. On observe donc une détestation raciste réciproque entre les Karats et Aki, notamment à travers les disputes et les altercations verbales qui font la part belle aux clichés et préjugés. Ainsi, Toru va avoir beaucoup de mal à supporter Aki, ce qui donne (et donnera lieu) à de nombreuses disputes, traitées avec plus ou moins d’humour par VanRah. Pourtant, malgré le fait qu’Aki soit insupportable, Toru perçoit ses faiblesses et sa solitude, et va même jusqu’à lui sauver la vie. Le lecteur verra donc que la relation entre ces deux personnages va probablement s’avérer tumultueuse, même s’ils ont besoin l’un de l’autre. L’autrice nuance toutefois en ajoutant une touche d’humour aux nombreuses disputes de ses personnages.

La relation entre Toru et Aki est également marquée par le tragique et l’ironie dramatique (c’est-à-dire le fait que le lecteur en sache plus que les personnages). Ainsi, Toru doit protéger une adolescente qui déteste les Lycans parce que l’un d’entre eux aurait assassiné son père, alors que ce dernier a volontairement donné sa vie à Toru en échange de la protection d’Aki. Elle ignore donc la vérité au sujet de la mort de son père et de la présence de Toru, tandis que le Lycan sait tout et doit faire de son mieux pour cacher (ou déformer) la vérité aux yeux de la fille de Senri afin de gagner sa confiance. Leur relation est donc aussi marquée par le tragique, à cause de ce qui les lie (le serment de Toru et la mort de Senri), mais aussi parce que cela implique la servitude coupable de Toru. Toutefois, c’est cet aspect tragique qui rend leur relation intéressante et puissante aux yeux du lecteur, et l’intrigue montrera qu’au contact d’Aki, Toru va devenir plus humain, et Aki se sentira moins seule aux côtés de Toru. Le fait qu’ils soient nécessaires l’un à l’autre va apparaître lorsqu’ils vont être directement confrontés au tueur et aux agents du BIRD qui le traquent.

On observe d’ailleurs que le BIRD souhaite véritablement réinsérer les Karats dans la société humaine grâce aux scellés, mais aussi à travers le pensionnat où étudie Aki, ainsi que par le fait que même un Karat criminel peut échapper à la peine de mort. Cependant, certains d’entre eux sont irrécupérables, à l’image de Kira, le mystérieux Lycan Alpha tueur, traqué par Tarot, un Lycan Oméga (un métis Lycan-humain), auquel Toru et Aki vont être confrontés, entraînant un combat mortel, mais je ne vous en dirai pas plus. Je dirai simplement que ce combat est incroyablement bien mis en scène par l’autrice à travers le dessin et le découpage des planches.

Ce deuxième tome de Stray Dog est aussi l’occasion pour le lecteur d’en apprendre plus sur le monde dans lequel évoluent les personnages. Ainsi, on voit que les Karats perçoivent le monde différemment des humains (ils peuvent voir l’entièreté des créatures spirituelles), que seuls les Alphas peuvent reconnaître leurs pouvoirs entre eux (un Oméga ne pourra pas différencier deux Alphas, par exemple), et qu’un Lycan qui choisit de s’accoupler avec une humaine perd ses pouvoirs et sa dignité parce que ces unions sont très mal perçues chez les Karats comme chez les humains. Toutes ces informations rendent l’univers créé par VanRah encore plus intéressant à suivre. À noter qu’on en apprend aussi sur l’organisation des missions du BIRD.

(les planches ci-dessus montrent encore une fois l’éclectisme du style graphique de VanRah, qui s’illustre tant dans les scènes comiques, que dramatiques, ainsi que dans le design des créatures et des personnages)

 

Le mot de la fin

 

Avec le deuxième tome de Stray Dog, VanRah développe son univers, ainsi que le début de la relation d’amitié tragique entre ses deux personnages principaux, Aki et Toru. Cette série me plaît beaucoup et je vous parlerai bientôt des volumes suivants !

4 commentaires sur “Stray Dog (tome 2), de VanRah

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s