Stray Dog (Tome 4) de VanRah

Salutations, lecteur. Aujourd’hui, je vais poursuivre ma présentation de la série Stray Dog, avec le quatrième volume du manga.

Stray Dog (tome 4), de VanRah

9782344027110-001-T

Introduction

 

Cette introduction sera sensiblement la même que celle que j’ai rédigée pour mes chroniques des tomes précédents.

VanRah est une mangaka française. Elle est ostéopathe et pédiatre de formation, et elle a décidé de dessiner et scénariser ses propres mangas après avoir travaillé comme encreuse pour DC Comics.

Elle est l’autrice des séries Neverend, Ayakashi, Stray Dog et Mortician. Ces deux dernières séries se déroulent dans le même univers, la seconde étant un spin off de la première. La série Stray Dog a été récompensée en 2015 par le prix du Meilleur Manga International. C’est de celle-ci que je vais vous parler aujourd’hui.

Stray Dog compte actuellement quatre volumes publiés chez Glénat Manga, et le cinquième devrait paraître courant 2019. C’est une série de Fantasy urbaine au sens strict du terme, puisque de créatures surnaturelles vivent parmi les humains à l’intérieur dans une ville, Ishtar, qui est contemporaine à notre époque.

Voici la quatrième de couverture du quatrième tome de la série :

« Le Bird n’a eu d’autre choix que de requérir l’aide de Toru pour traquer Kira, le véritable auteur de la série de meurtres frappant Ishtar. L’Alpha Noir accepte de faire équipe avec Tarot pour neutraliser le tueur, mais Kira se révèle être un ennemi coriace et acharné. Il parvient à mettre hors d’état de nuire Tarot, obligeant Toru à descendre une nouvelle fois dans l’arène. S’ensuit un terrible duel à mort entre les deux Alphas dont personne ne sortira indemne. »

Mon analyse va encore une fois porter sur la narration du manga, mais je traiterai également un peu du dessin.

 

L’Analyse

 

Un combat long et meurtrier

 

Le quatrième volume de Stray Dog est centré sur le combat entre Tarot et Toru, qui affrontent Kira, le Lycan Alpha tueur. Ce tome est donc rempli de scènes d’action de grande envergure et complètement débridées qui montrent la puissance des Lycans Alpha, qu’elle s’illustre dans la brutalité dont fait preuve Toru, ou l’adaptabilité de Kira, malgré le jeune âge du personnage.

Ce long combat entre Lycans montre aussi à quel point le trait de VanRah peut se diversifier, entre combats au corps à corps, invocations de créatures monstrueuses ressemblant à des kaiju (les monstres géants tels que Godzilla), et des scènes plus légères lors des disputes entre les personnages, au cours desquelles ils sont représentés en chibi (petits avec une tête plus grande) pour renforcer l’aspect comique de certaines situations. Vous verrez que même en plein combat à mort, Toru et Tarot sont capables de se disputer à propos du code des Lycans Alphas, par exemple. L’autrice adopte en tout cas toujours un trait soigné.

L’affrontement de grande envergure entre Toru et Kira nous permet également de comprendre que le BIRD se soucie énormément de son image publique. En effet, la rivalité de l’organisation avec le Vatican vis-à-vis de leur politique concernant les Karats pousse l’Église à vouloir démanteler le BIRD dès que celui-ci échoue à remplir l’une de ses missions en capturant ou éliminant un Karat dangereux. L’organisme doit donc absolument réussir, sous peine de ne plus pouvoir protéger les Karats et de déclencher une guerre avec le reste des humains. Pourtant, des Karats comme Kira ne comprennent pas cet enjeu et cherchent à se venger de l’humanité et du BIRD. À noter que l’autrice met en scène des tragédies qui dépassent les questions de race, à travers la relation entre Aki et Toru, mais aussi via le fait les agents du BIRD pleurent les victimes de Kira, quelle que soit leur race. Stray Dog ne fait donc pas que montrer des combats intenses et des relations tragiques entre des personnages, il les ancre dans des questions plus larges avec les thèmes du racisme, de la tolérance et de l’Humanité au sens large.

Ainsi, on peut établir un parallèle intéressant entre Toru et Kira, qui sont présentés comme deux opposés exacts. Ils sont atteints de maladies qui sont l’inverse l’une de l’autre (Toru est atteint du Fléau qui renforce sa part démoniaque et Kira est atteint de la Rouille qui renforce sa part humaine), et tandis que Kira tue des humains alors que sa part humaine est plus forte, Toru cherche à ne plus commettre de meurtres alors que sa part démoniaque se renforce de jour en jour. Toru est très âgé, tandis que Kira semble jeune. Pourtant, ils adoptent tous les deux un comportement qui n’est jamais dénué d’humanité, car les exactions de Kira possèdent des motivations qui sont bel et bien humaines, la vengeance et le ressentiment. On en apprend également plus sur ses origines et les indices laissés par l’autrice dans ce volume laissent fortement à penser que Kira est lié à Red (alias Kirah), un ancien Lycan Alpha affilié au BIRD.

L’ironie dramatique instaurée par l’autrice dès le premier tome de la série se renforce dans ce tome. En effet, Tarot aura l’occasion d’en apprendre plus sur le lien entre Toru, Aki, et le professeur Senri, tandis que la fille du fondateur du BIRD va de son côté comprendre bien des choses… de travers. L’ironie dramatique derrière l’ignorance d’Aki à propos de la mort de son père se renforce au moyen d’un quiproquo et de retournements de situation qui font réfléchir le personnage, mais qui la mènent tout droit à ce qui ressemble fort à des théories du complot. On observe ainsi un personnage qui était « seulement » ignorant de certains faits créer sa propre vérité pour combler son manque d’informations à leur propos.

Je terminerai cette chronique en évoquant le cliffhanger de fin, dans lequel Toru est confronté de manière extrêmement violente à sa partie démoniaque, dont les bulles de dialogues sont encrées en noir pour la différencier de la partie humaine et qui a l’air d’être extrêmement violente, ce qui laisse présager de moments dramatiques pour la suite.

 

Le mot de la fin

 

Ce quatrième volume de Stray Dog retrace tout un combat mortel entre Lycans. VanRah nous montre la férocité et la puissance dévastatrice des créatures de son univers, tout en traitant des relations entre ses personnages et de la notion de tolérance.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s